28/09
2016
par Le groupe journal d'Ulysse et l'Agence Alter

Exil, un autre horizon: l’émission radio en podcast!

Exil, un autre horizon” est l’aboutissement d’un chemin qui est parti d’Ulysse et qui a croisé celui de l’Agence Alter, du Gsara, du collectif Krasnyi et de Lucie Castel. Cet Alter Médialab est le fruit d’un travail de coconstruction, d’un processus qui s’est déroulé sur plusieurs mois et qui s’origine du désir des participants d’apprendre de l’autre, mais aussi à l’autre.

S’énoncer, débattre, laisser des traces

Ulysse est un service de santé mentale spécialisé dans l’aide aux personnes exilées, en précarité du droit au séjour et en souffrance psychique. Elles viennent de divers pays du monde, hors espace Schengen, dans lesquels la vie ne leur était plus envisageable. Ces personnes fuient la guerre, la dictature, la torture, le harcèlement, soit différentes figures de la violence. Elles sont venues chercher protection dans notre pays, confiantes dans les droits de l’homme promus par nos démocraties européennes. Comme nos lois le permettent, elles ont demandé l’asile politique, une régularisation médicale ou encore une régularisation pour raison humanitaire. Si ces trois possibilités d’obtenir un droit de séjour dépendent de lois, elles sont de plus en plus restreintes par des arrêtés et autres circulaires apparaissant au gré des gouvernements successifs.

Après une séparation souvent précipitée avec leurs racines, un périple dangereux à travers le monde, l’arrivée en Belgique s’avère être le début de la quête du droit à vivre dignement, qui s’enlise, souvent, dans les méandres administratifs. Ces étapes sont des sources de souffrance qui peuvent déborder, voire noyer la personne.

Dans le dispositif d’Ulysse, outre les entretiens psychologiques classiques, sont proposées des activités communautaires, parmi lesquelles «le groupe journal». L’idée d’un tel espace est de proposer à des personnes des temps et un lieu où être accueillies et reconnues dans leur singularité, personnes qui, bien souvent, sont confrontées à la non-reconnaissance de leurs paroles, voire d’elles-mêmes, par les autorités politiques. Quand la personne est déboutée dans ses demandes de protection, le rejet social radical subi, dans un hors-lieu, dans une situation de non-droit, celle des «sans-papiers», provoque un isolement et une exclusion qui ont toujours un effet insidieux sur l’image de soi. La personne se vit «en quarantaine», ne pouvant rien faire, privée du droit fondamental de vivre, en proie à une ségrégation sous le couvert de la loi.

Participer à la réalisation d’un journal redonne la parole à ceux qui l’ont si peu.

Les participants témoignent de l’aspect contenant et rassurant du groupe, de l’importance que revêt pour eux la reconnaissance d’un savoir à partager et du plaisir retrouvé ou découvert d’échanger des idées en toute liberté.

Les participants de l’Alter Médialab:

Se réunir autour du projet concret de la rédaction d’un journal offre, en plus d’un prétexte à la rencontre, la possibilité de s’énoncer, débattre, laisser des traces, transmettre… Lors des réunions du groupe, nos discussions sur la vie, sur le monde, sur «comment ça se passe» ailleurs dans d’autres cultures, d’autres religions, sont toujours passionnantes, et se retrouvent, sous forme d’articles, dans le journal artisanal, intitulé, non sans humour, Papyrus à l’horizon. Celui-ci sort deux fois par an et est distribué en interne. Pour notre 10e numéro, nous avons voulu marquer le coup, en nous ouvrant vers l’extérieur, et nous adresser ainsi à un public «non averti». Cette ouverture a été possible grâce au projet de journalisme participatif développé par la revue Alter Médialab qui a permis aux rédacteurs non professionnels, fréquentant Ulysse, de se professionnaliser, de sortir de la clandestinité, et qui a par là contribué à la restauration du sentiment d’appartenir à la grande famille humaine.

Les objectifs souhaités par les rédacteurs n’ont d’autre prétention que d’expliquer la vie ignorée des «migrants» et des «sans-papiers», de partager leur quotidien qui confine souvent à l’absurdité. Derrière la nébuleuse de ces termes se cache un nombre improbable de réalités administratives, le plus souvent occultées par les médias, et surtout des personnes humaines avec leurs histoires difficiles.

Mais, l’essence du souhait est de produire un déplacement dans la manière dont elles se sentent le plus souvent perçues par «les politiques», les médias et, dès lors, le «public»; non pas comme des personnes non fréquentables, voire dangereuses, mais bien, en danger, avec des choses à dire.

Et, si vous les écoutiez?

 

 

partager cet article par e-mail partager cet article sur Twitters Partager cet article sur Facebook partager cet article sur LinkedIn partager cet article sur Google+
Altermedialab


Alter Médialab

Alter Médialab est le laboratoire d'expérimentation journalistique de l'Agence Alter. Cette plate-forme vous offre un accès gratuit à des publications journalistiques uniques. L'Agence Alter est spécialisée dans la production de médias d’analyses des problématiques sociales.

En savoir plus »En savoir plus : Alter Médialab

Projets citoyens

Le Médialab expérimente des projets journalistiques co-produits avec des citoyens souvent éloignés des tribunes médiatiques. Vous trouverez ici des publications réalisées par des travailleurs sociaux, des jeunes, des personnes en situation d'handicap ou encore de surendettement.

En savoir plus »En savoir plus : Projets citoyens

Bruxitizen

Sans langue de bois, ni discrimination, Bruxitizen est un espace de débat qui met les jeunes en présence de différents acteurs de la société civile. Bruxitizen, c’est aussi un dispositif de journalisme participatif et citoyen offrant à des étudiants de s’initier aux techniques de journalisme.

En savoir plus »En savoir plus : Bruxitizen
retour au début de la page